Gouspillou Gilles

Ph.D.
Gilles Gouspillou

Coordonnées

UQAM Complexe des Sciences, Pavillon des sciences biologiques 141 Avenue du Président Kennedy Montréal, Québec Canada H2X 1Y4 Bureau : SB-4640
(514) 987-3000 #5322
gilles.gouspillou@gmail.com

Biographie

Le Dr Gouspillou a obtenu un B. Sc. en Physiologie de l’exercice de l’université Bordeaux 2 (France) en 2005, puis un M. Sc. en Sciences Biologiques (spécialité exercice, sport, santé handicap) de l’université de St-Etienne (France) en 2007. Le Dr Gouspillou a ensuite obtenu en 2010 un Ph. D. en Physiologie cellulaire et Physiopathologie (école doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé des Universités Bordeaux 1 et 2, France). Durant son Ph. D., le Dr Gouspillou s’est intéressé aux mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans le vieillissement musculaire, avec un intérêt particulier pour le rôle joué par les dysfonctions mitochondriales. le Dr Gouspillou a ensuite poursuivi sa formation et approfondi ses recherches portant sur le vieillissement musculaire en effectuant un PostDoctorat à l’université McGill de 2011 à 2013. Le Dr Gouspillou est aujourd’hui professeur au Département de kinanthropologie de l’UQAM depuis juillet 2013.

Intérêts de recherche

Les travaux de recherche du Dr Gouspillou s’intéressent principalement à l’étude de la biologie mitochondriale et à la détermination du rôle joué par les mitochondries dans la physiologie, mais aussi la pathophysiologie, des muscles striés squelettiques. Plus précisément, les travaux de recherche du Dr Gouspillou s’orientent autout des objectifs suivants :

  • Étudier comment des madifications de la biologie mitochondriale affectent la physiologie musculaire.
  • Définir le rôle joué par les mitochondries dans le processus de vieillissement musculaire.
  • Révéler les mécanismes impliqués dans les pertes de masse et de forces musculaires survenant au cours du vieillissement
  • Définir le rôle l’impact d’interventions nutritionnelles, comme la restriction calorique et des régimes riches en gras, sur la biologie mitochondriale dans les cellules musculaires.
  • Définir comment l’entrainement en endurance affecte la biologie mitochondriale dans les cellules musculaires et prévient partiellement le processus de vieillissement musculaire.